Marché du crédit à la consommation : croissance au ralenti déjà en vue

Marché du crédit à la consommation : croissance au ralenti déjà en vue

Après quatre années de croissance, le marché du crédit à la consommation commence à manquer de souffle. Au cours de la période allant de décembre 2018 au février 2019, le ralentissement de production se fait sentir avec une baisse de 0,5% par rapport au résultat de l’année précédente. Parmi la liste, les prêts relatifs à la LOA et à l’ameublement sont les seuls qui parviennent à sortir la tête de l’eau.

Une production de prêt aux particuliers revue à la baisse de décembre en février

En début d’année, la tendance s’est inversée. La période glorieuse commence à prendre une allure descendante. D’après les données de l’ASF, les prêts aux particuliers n’échappent pas à cette décroissance. De même, les credit auto pas cher classiques ou les crédits renouvelables y prennent part. Cette baisse de production a été surtout observée en mois de décembre (-4,6% sur un an) avant de perdre de la vitesse en janvier (-0,2%). Ce n’est qu’en février que le secteur a légèrement repris son souffle avec une hausse de 3,6%.

Cependant, tous les types de crédit n’ont pas suivi la même tendance. Pour les prêts personnels, une diminution de 2,3% a été enregistrée en février et de 3% en cumulé sur la période janvier-février. Or, en représentant 33% de la production totale, ces produits ont significativement soutenu la performance des entreprises financières durant les quatre dernières années de croissance.

Pour cette année, le regain d’activité des organismes financiers ne peut s’appuyer que sur :

  • Les prêts destinés à l’acquisition de mobilier et d’appareils électroménagers,

  • Les crédits octroyés pour l’achat de véhicules de seconde main,

  • La location avec option d’achat.

En effet, malgré l’évolution descendante du secteur, ces offres ont toujours affiché des croissances évaluées respectivement à 15,8 %, 15,1 % et 12,4 %.

Le financement automobile : pièce maîtresse du crédit à la consommation

Selon l’ASF, pour l’achat d’une voiture d’occasion, le crédit auto affecté demeure la meilleure option pour les Français. On constate même une augmentation de 15,1 % des demandes en mois de Février. La production touche aujourd’hui les 357 millions d’euros, si la LOA n’est que de 48 millions de son côté. Quoi qu’il en soit, ce produit a également connu une hausse de 62,3 %.

Mais force est de constater que le financement automobile cède la place à l’option d’achat lorsqu’il s’agit d’acquisition de modèle neuf. Si la LOA remonte à 520 millions d’euros en février, le prêt auto s’élève seulement à 182 millions au cours de la même période.

Même si cette nouvelle formule de financement ne représente pas encore la grande partie du marché (3,3 milliards d’euros), il est à remarquer que sa croissance ne cesse de monter en flèche. En effet, les consommateurs préfèrent mieux l’option locative pour acquérir une voiture neuve.