Agnès Buzyn condamne de sabotage le geste des mutuelles face au reste à charge zéro

Les mutuelles ont visiblement pris prétexte de la réforme 100% Santé pour faire des revues à la hausse au niveau de leurs tarifs. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé n’a pas manqué de réprimander ces actes de « sabotage politique ».

« Un sabotage politique »

Les frais vont-ils augmenter ou non ? Certaines mutuelles jugent que la réforme 100% Santé les encouragerait à faire grimper leurs tarifs pour 2019. Elles passent même la procédure auprès de leurs assurés à travers des lettres pour les annoncer d’une augmentation « justifiée » des cotisations et frais de gestion en raison des mesures du « reste à charge zéro ». La ministre de la Santé Agnès Buzyn a immédiatement réagi sur le fait qu’elle n’apprécie guère à l’apogée de la réalisation de la promesse de campagne du Président élu Emmanuel Macron. Elle affirme au micro de France Culture le jeudi 13 décembre : « j’appelle ça un sabotage politique et je vais le dire aux mutuelles ». L’interview rajoute : « Il est hors de question que les mutuelles profitent d’une réforme à laquelle elles ont participé, qui a été négociée, qui a été signée entre tous les partenaires, pour augmenter leurs prix. Je ne le tolérerai pas »

Forte tension entre Agnès Buzyn et les OCAM

À noter que ce n’est pas la première incidence de la ministre de la Santé Agnès Buzyn vis-à-vis des mutuelles. Pour rappel, en octobre, c’est la publication de chiffres obtenus par le courtier en ligne Santiane qui a provoqué les premiers affrontements. Cet organisme, acteur sur le marché des complémentaires santé, dénonçait, en effet, une hausse très conséquente des cotisations en raison du RAC 0 qui a été réformé. Agnès Buzyn réagit sur le coup et a rappelé tous les assureurs réunis au sein de l’OCAM (Organisme d’assurance maladie complémentaire) sur le fait qu’un engagement a été conclu sur le fait que les tarifs ne devraient pas être revus à la hausse durant la transition et pendant l’application de la réforme.

Pour rappel, le remboursement intégral de certaines lunettes, prothèses dentaires et audioprothèses était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. C’est en 2021 que la réalisation de ce projet est envisagée. Et la transition vers ce nouveau régime n’a pas du tout été forcée par le gouvernement. Celui-ci a laissé ce temps important aux organismes assureurs et complémentaire santé senior de s’adapter à la situation pour que ces derniers n’appliquent pas de hausse sur les tarifs. D’ailleurs, la préparation a déjà été annoncée par la ministre de la Santé, il ne s’agirait que d’une mobilisation sur une infime partie de leur chiffre d’affaires.